Les Ateliers
Ecriture et ecriture de plateau

Depuis ses premiers pas Sur Nos Gardes travaille en liens étroits avec le public adolescent.

Des rencontres ayant pour base les enjeux problématiques de l'Education Nationale, qu'il s'agisse des discriminations de tous ordres, de la sexualité, des réseaux sociaux ou encore des addictions.

 

Notre travail articule pratique de l'éducation populaire et pratique du travail scénique. Auprès de groupes divers, de personnes entre 13 et 17 ans, qu'il s'agisse d'ateliers composés de jeunes volontaires ou de groupe classe.

Nos Objectifs :

- Faire émerger et permettre de formuler une pensée critique : politique, esthétique, et au sein du groupe.

- Proposer aux participant.e.s un cadre de travail et de réflexion basé sur l'écoute et le respect, et ainsi les amener à former un groupe soudé et respectueux des divergences d'opinions.

- Aiguiser le regard poétique en encourageant la discussion, les retours critiques, l'expression d'avis construits.

- Découvrir les différents aspects du travail scénique : espace, corps, voix, écriture, décor, costumes ...

Parfois tout ça à la fois, parfois de manière ciblée, souvent en rendant les éléments poreux et en faisant des aller-retours.

Toujours en partant des désirs des participant.e.s et en se dirigeant vers le moins évident.

Sur les discriminations racistes

2017-2018
Collège Sébastien Vauban de Blaye
1h00 hebdomadaire

Point de départ

Deux jeunes femmes blanches face à une dizaine d'élèves de 4ème et de 3ème, en majorité blanc.he.s :

“Le racisme : est-ce que et comment ça nous concerne ?”

 

Responsabilité, privilèges, sentiment d'appartenance, engagement. Autant de concepts à explorer pour répondre à nos objectifs : développer l'esprit critique, s'approprier différents modes d'expressions de la pensée, défendre un point de vue sur le monde, penser les mécanismes de domination. Par le biais du débat : distinguer notamment l’objectivité et la subjectivité -  et maîtriser son argumentation. Ce travail se poursuit à l’écrit, depuis des écrits théoriques, on tend vers le poétique.

Ce qui turlupine pas mal notre jeune équipage, ce sont les blagues racistes. Alors nous saisissons au vol la proposition et nous engageons sur décortiquer les blagues en question, les historiciser parfois, en comprendre les ressorts comiques et les problématiques qu'elles soulèvent, pourquoi font-elle rire, et qui font-elle rire ? Pour réfléchir ensuite plus largement à la question de l'humour.

Les élèves auront pu présenter en fin d'année, devant une grande partie de l'établissement scolaire, leur travail de l'année.

Nous avons pensé ensemble une restitution sur plusieurs médiums et selon plusieurs temps.

En continu, une exposition du processus de de création de l'atelier. Avec une mise en forme de nos discussions théoriques et leurs continuité poétique. Les élèves avaient notamment mis en forme de manière plastique des détournements de blagues racistes.

Sur un temps donné, une visite de l'exposition était proposée, guidée par deux des élèves donnant plus d'explication sur l'exposition et le travail mené, analysant le fonctionnement de la "mécanique raciste",  répondant aux questions du public.

Puis dans un deuxième temps, présentation des formes courtes, poétiques de corps, pensées et créées en écriture de plateau. Dont une étant la poursuite du travail sur les blagues racistes, une nouvelle fois repensé, adapté, transformé.

Ligne d'arrivée

Sur les discriminations Validistes

2018-2019
Collège Sébastien Vauban de Blaye
Une semaine de 20h

Point de départ

Avec une classe entière de 3ème, en partenariat avec la professeure de français et en lien avec le programme scolaire et du brevet :

Se raconter / Se représenter

Dénoncer les travers de la société

Le temps imparti cette fois étant court, nous avons commencé ce stage par une introduction théorique et magistrale :

sur la notion de handicap, sa définition et ce qu'elle recouvre, ses problématiques, sa sociologie, sa politique.

 

Nous appuyant quasiment exclusivement sur des paroles de personnes concernées. Analysant des publicités ou encore des extraits de loi.

Puis nous avons proposé trois textes contemporains traitant d'une forme de handicap. ​

Au programme des extraits choisis :

Simple de Marie-Aude Murail (roman jeunesse)

Eugénie de Côme de Bellescize (théâtre contemporain)

Maelström de Fabrice Melquiot (théâtre jeunesse contemporain)

Ligne d'arrivée

Les élèves se sont divisés en 4 groupes pour mettre en scène et interpréter un extrait. 

ll y a donc eu 2 mises en scène différentes d’Eugénie et de Simple. Double mission pour les groupes qui ont travaillé sur Simple puisqu’ielles ont aussi effectué un travail d’adaptation. 

Les élèves ont ensuite présenté leur travail devant les autres classes de l’établissement. Et ont pu confronter - entre elleux d’une part et face aux spetateurices -  leur différents choix esthétiques de mise en scène et d’adaptation, leur parti pris

Le travail amorcé avec nous s’est ensuite poursuivi en classe avec l’écriture de carnets de mise en scène.

Sur le TEMPS festif et Ses consommations

2018-2019
Lycée Jaufré Rudel de Blaye
Stage condensé de 3 fois 2h

Point de départ

A mi-chemin entre prévention / réduction des risques et travail artistique : nous revendiquons porter un projet artistique au travers d'une mise à distance de l'objet par l'écriture poétique et la mise en corps.

Mettre en scène des comportements à risque pour mieux les repérer.

Modifier les représentations qui présentent les produits dangereux sous un jour favorable.

Développer des capacités à faire des choix favorables à la santé et à renforcer l’estime d’eux-mêmes.

Sur un format workshop de quelques heures, avec une classe entière de 1ère STI2D. 

On se jette vite dans le vif du sujet et on analyse nos propres points de vue sur les consommations de stupéfiants / alcool dans le temps festif, sans jugement ni criminalisation. 

On remplit un tableau à double entrée :

Consommer des stups, de l’alcool C’EST COOL pour : //

C’EST PAS COOL pour:” 

On remplit des post-it chacun.e pour soi puis à partager anonymement au grand groupe sur Pourquoi on consomme ? 

Puis on travaille au plateau d’abord en classe entière avant de se diviser en 2 groupes pour arriver à deux propositions.

Ligne d'arrivée

Les deux groupes ont travaillé de manière un peu différente et sont arrivé.e.s à des formes distinctes qui reflètent vraiment leurs individualités et leur positionnement esthétique. 

L’un a surtout traversé l’écriture de plateau et la mise en images et en corps. 

L’autre est notamment passé par l’écriture sur papier. 

Les élèves ont eu l’occasion de présenter leur travail et d’en parler devant plusieurs classes de l’établissement.

Sur L'intimité et les réseaux sociaux

2019 - confinement - 2021
Collège du Val-de-Saye de Saint-Yzan de Soudiac
2h hedomadaires

Point de départ

Des photos (selfies) à caractère érotico-pornographique de jeunes adolescentes ont tourné dans l’établissement.

Via Snapchat notamment. Les jeunes filles ayant parfois été hameçonnées par des garçons plus âgés.

Questionner l’intimité, les sexualités, la morale, le respect

Aborder l'éveil de la sexualité dans un monde numérique

A grands coups de brainstorming, de débats d’idées, de mise en forme poétique puis d’écriture. Nous inventons des formes. 

Point de côté

Puis vient le temps du confinement.

Sans même le temps de se dire au revoir.

Arrêté.e.s en plein vol.

On tente de poursuivre un peu quelque chose virtuellement.

C'est pas simple.

Redémarrage

Nous avons réalisé un film !!!

 

L’atelier de théâtre s’est transformé en atelier vidéo. Accompagné.e.s par Jérémy Drouillard nous avons adapté les textes écrits par le groupe en un court-métrage. 

La temporalité s’est aussi intensifiée, nous n’avons plus compté nos heures et l’atelier a eu lieu tous les mercredis 2h (puis 3h voire 4 sur la fin) et un vendredi sur 2, 2h. 

Nous nous sommes positionné.e.s en accompagnateurices avec Jérémy, apportant les connaissances techniques, gérant le planning et le matériel.

Les élèves ont pris en charge, le scénario, l'adaptation, le jeu, la prise de son et d'images.

Ligne d'arrivée

Nous reprenons en janvier 2021, avec un tout petit équipage

 

Perrine anime désormais l’atelier sans Juliette et du groupe il ne reste que les 4ème qui sont donc 4.

[Nous passerons ici les moults rebondissements]

 

Reprise des réflexions, atelier d’écriture intensif qui dépasse les consignes, les jeunes travaillent en commun de leur propre chef, sur un texte sous forme de triptyque. Qui deviendra notre base de travail dès lors qu'il existera. (Un quatrième texte rejoindra le triptyque plus tard).

Nous travaillons sur la corporalité des personnages inventés, leur inventons des contextes, travaillons la musique qui les accompagne les pensons individuellement comme en tant qu'unité, les mettons en corps, dansons.

MOVIE COMING SOON !!!

SNGgirls.png